Aperçu de la réglementation cosmétique Asean
Partager sur vos réseaux sociaux

Le groupe régional connu sous le nom d’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) comprend dix pays d’Asie du Sud, à savoir:

  • Vietnam
  • Thaïlande
  • Singapour
  • Philippines
  • Myanmar
  • Malaisie
  • Laos
  • Indonésie
  • Cambodge
  • Brunei

Depuis sa création, l’ANASE s’emploie à développer une région économiquement compétitive grâce à son expertise, ses connaissances, son partage de l’information et sa coopération. En outre, il a créé la Communauté économique asiatique (CEA) en 2015, chargée de faciliter les échanges commerciaux entre ces pays, d’établir un marché commun entre le bloc de l’ANASE et d’autres juridictions et pays régionaux.

Les fonctions de l’Asean diffèrent légèrement de celles de l’UE. En effet, la législation en vigueur a force obligatoire, mais manque de pouvoir d’exécution tant que l’un des pays membres n’a pas approuvé, puis mis en œuvre un élément de législation spécifique dans le cadre de sa législation nationale.

Cadre cosmétique

Pour harmoniser les réglementations dans tous les pays membres de l’industrie cosmétique, le Comité de l’ANASE sur les normes et la qualité (ACCSQ) a créé le groupe de travail du Comité cosmétique de l’ANASE (ACC), chargé de régir ce secteur. Avec le corps cosmétique scientifique de l’ANASE (ASCB), ce groupe a tenu des réunions tout au long de l’année pour échanger des informations et parvenir ensuite à un accord sur un cadre d’harmonisation.

La directive de l’ANASE sur les cosmétiques (ACD) est un cadre qui a été publié en 2008 pour traiter plusieurs problèmes liés à l’importation, à la fabrication ainsi qu’à la vente de produits cosmétiques. Cet accord a été modifié à plusieurs reprises sur la base des accords conclus par les pays membres lors des réunions de la Commission.

Le noyau d’ACD emprunte de nombreuses fonctionnalités au cadre réglementaire de l’UE, le plus notable étant les listes de plusieurs ingrédients du règlement sur les produits cosmétiques (RCP). Cependant, l’ACD, contrairement au CPR, ne s’applique généralement pas directement dans les pays membres. Alors que la mise en œuvre des modifications apportées à l’ACD a été approuvée par tous les États membres, les variations dans son exécution peuvent créer un cadre de mise en œuvre et de réglementation inégal entre les différentes juridictions.

Définition des produits cosmétiques

La définition de produit ‘cosmétique’ selon l’ACD est identique à celle utilisée dans la RCP, c’est-à-dire

“Toute substance ou préparation destinée à être mise en contact avec les différentes parties externes du corps humain (épiderme, système pileux, ongles, lèvres et organes génitaux externes) ou avec les dents et les muqueuses de la cavité buccale en vue exclusivement ou principalement pour les nettoyer, les parfumer, modifier leur apparence et / ou corriger les odeurs corporelles et / ou les protéger ou les maintenir en bon état.”

L’Annexe I d’ACD propose ces types de produits généralement considérés comme des produits cosmétiques, c’est-à-dire;

  • Masques faciaux, à l’exception des produits de peeling chimique
  • Émulsions, crèmes, gels, lotions et huiles pour la peau tels que le visage, les mains et les pieds
  • Bases teintées telles que poudres, pâtes et liquides
  • Savons déodorants et savons de toilette
  • Poudres après le bain, poudres pour l’hygiène et poudres pour le maquillage
  • Dépilatoires
  • Préparations pour la douche et le bain, y compris mousses, lattes, gels et huiles
  • Eaux de toilette, parfums et eaux de cologne
  • Antisudorifiques et déodorants
  • Produits capillaires
  • Produits pour redresser, fixer et onduler
  • Décolorants et teintures capillaires
  • Produits de coiffure (laques, brillantine et lotions)
  • Produits destinés à l’application des lèvres
  • Produits de rasage, par exemple mousses, lotions et crèmes
  • Produits de conditionnement (huiles, lotions et crèmes)
  • Décolorants et teintures capillaires
  • Produits de maquillage et de soin des ongles
  • Produits pour le soin de la bouche et des dents
  • Produits pour le maquillage et le démaquillage des yeux et du visage
  • Produits nettoyants (shampooings, poudres et lotions)
  • Produits anti-rides
  • Produits de bronzage
  • Produits pour l’hygiène intime externe
  • Produits pour bronzer sans soleil; et
  • Produits blanchissants pour la peau

Listes d’ingrédients

ACD comprend plusieurs articles interdits, restreints ou autorisés dans de nombreux produits cosmétiques. Ces listes se trouvent dans de nombreuses annexes d’ACD, notamment:

  • Annexe II, partie 1: Substances qui ne doivent pas faire partie de la composition du produit cosmétique
  • Annexe III, partie 1: Substances qui ne doivent jamais être contenues dans des produits cosmétiques mais qui sont soumises à des conditions et à des restrictions
  • Annexe IV, partie 1: Colorants dont l’utilisation est autorisée dans les produits cosmétiques
  • Annexe VI: agents de conservation autorisés, et
  • Annexe VII: filtres UV autorisés

Les contaminants

Tous les produits cosmétiques vendus dans la région de l’Asean ne doivent pas contenir d’arsenic, de plomb ou de mercure, à l’exception des impuretés inévitables. Lorsqu’elles sont testées pour les impuretés selon la méthode cosmétique de l’ASEAN (ACM), elles ne doivent pas dépasser les limites suivantes.

  • Mercure; pas plus de 1 mg / L ou 1 mg / kg (1 ppm)
  • Conduire; pas plus de 20 mg / L ou 20 mg / kg (20 ppm)
  • Arsenic; pas plus de 5 mg / L ou 5 mg / kg (5 ppm)

Le cadmium est également soumis à ces restrictions ne dépassant pas 5 mg / L ou 5 mg / kg (5 pp). En Thaïlande, cette restriction est encore plus sévère à 3 mg / L ou 3 mg / kg (3 ppm).

Tout produit devant être utilisé par des enfants de moins de trois ans ou pour une utilisation autour des muqueuses ou des yeux doit dépasser un total de 500 unités formant colonies (UFC) / g pour éviter la contamination biologique.

Cette limite est généralement de 1 000 UFC / g pour les autres produits. En outre, chaque produit doit être testé négatif pour 0,1 ml ou 0,1 g de S. aureus, C. Albicans et P. aeruginosa. Consultez les «Directives de l’ANASE sur les limites de contaminants pour les produits cosmétiques» pour plus d’informations.

Exigences d’étiquetage

Outre les annexes, comme mentionné précédemment, ACD contient également plusieurs annexes qui proposent des règles et des conseils supplémentaires, y compris l’étiquetage. L’Annexe II énonce les exigences relatives à l’étiquetage des produits cosmétiques et établit la base de référence pour l’étiquetage des produits cosmétiques. Cela est toutefois soumis à des conditions supplémentaires imposées par chaque pays.

Les éléments suivants doivent être inclus dans tous les produits vendus sur le marché de l’ANASE;

  • Nom du produit cosmétique ainsi que sa fonction
  • Instructions sur la façon de l’utiliser
  • Une liste complète des ingrédients (par ordre décroissant de poids au moment de son ajout)
  • Pays de fabrication
  • Numéro de lot
  • Date d’expiration
  • Précautions spéciales; et
  • Nom et adresse de l’organisme qui le fournit sur le marché intérieur

ACD concède généralement à d’autres références mondiales en ce qui concerne les noms d’ingrédients cosmétiques, notamment:

  • Pharmacopée Britannique
  • Nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques (INCI); et
  • Pharmacopée américaine

Les fabricants, les importateurs et les propriétaires de marques de cosmétiques doivent consulter l’Annexe II et les dispositions des États membres pour confirmer que les étiquettes sont conformes aux conditions préalables définies par la nation où le produit sera commercialisé.

Les produits de protection solaire ou toute déclaration ayant de tels attributs doivent contenir des déclarations d’étiquetage supplémentaires. Certaines de ces déclarations ne s’appliquent qu’à des produits spécifiques, tandis que d’autres s’appliquent à tous les produits. Pour plus d’informations à ce sujet, consultez la liste de l’annexe VII ou les filtres UV acceptés, ainsi que les “Directives de l’ASEAN sur l’étiquetage des écrans solaires”.

Revendications de produit

L’Annexe III de l’ACD contient des procédures pour formuler des revendications de produit. Ces exigences qui doivent être énoncées explicitement incluent;

  • “Les produits cosmétiques ne doivent pas être présentés comme prévenant ou traitant une infection chez l’homme” ou
  • “Les produits destinés à être injectés, ingérés ou mis en contact avec d’autres parties du corps humain, par exemple les organes génitaux internes ou les muqueuses des voies nasales, ne sont généralement pas considérés comme des produits cosmétiques.”

Alors que l’Annexe III n’est pas exhaustive, elle contient de nombreux exemples de réclamations intolérables. De même, tout produit qui prétend contenir des propriétés UV ou un écran solaire doit inclure des déclarations d’étiquetage appropriées.

Enregistrement du produit

L’Accord sur le régime de réglementation cosmétique harmonisé de l’ANASE indique que les pays membres de l’ANASE sont convenus de reconnaître mutuellement l’approbation des produits cosmétiques émise par les autorités de régulation des États membres. La reconnaissance fait généralement référence à la

«Utilisation d’un certificat de produit enregistré conformément à l’accord, comme fondement des mesures réglementaires, y compris les approbations ou la redélivrance des approbations d’homologation des produits.»

Sur le terrain, les importateurs, les fabricants et les propriétaires de marques de cosmétiques sont tenus de suivre les procédures définies par certains États membres pour l’enregistrement et la notification des produits. Pour cette raison, l’Annexe IV de l’ACD est aujourd’hui caduque puisque chaque État a mis en œuvre ses exigences en matière de vente et d’importation.

Évaluation de sécurité

La notification doit être envoyée aux autorités compétentes de chaque État membre pour la majorité des produits cosmétiques. L’ANASE a décidé d’indiquer aux États les «Lignes directrices pour l’évaluation de la sécurité d’un produit cosmétique», ainsi que la norme uniforme pour le fichier d’information sur les produits (Pif) qui doit être soumise en tant que partie de la notification.

L’ANASE n’a aucune position officielle sur les tests sur les animaux; ainsi, chaque État membre est chargé de définir ses politiques en la matière. De plus, l’annexe VI de l’ACD contient les «Lignes directrices relatives aux bonnes pratiques de fabrication des cosmétiques», qui incluent des moyens de garantir que les produits sont contrôlés et fabriqués de manière sûre et cohérente.


Partager sur vos réseaux sociaux
Un Trackback :
6 août 2021

[…] En résumé, la norme ISO 22716 a été créée pour répondre aux réglementations actualisées sur les cosmétiques. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *