Le rôle des normes dans la réduction du réchauffement climatique
Partager sur vos réseaux sociaux

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) prévient qu'”un réchauffement comme celui des dernières décennies n’a jamais été enregistré depuis des milliers d’années, voire plus”. L’organe de référence des Nations unies pour les études sur le changement climatique publiera lundi 9 août le premier chapitre tant attendu de son sixième rapport, qui traite des bases physiques du changement climatique.

Fin juillet, l’Inde a été dévastée par des inondations massives qui ont tué des centaines de personnes.

Les scientifiques avertissent que le climat se réchauffe pratiquement partout, que les températures augmentent rapidement et que certains des changements qui se sont déjà produits, comme la fonte des calottes glaciaires, sont irréversibles sur des centaines, voire des milliers d’années. Le premier chapitre du sixième rapport dévastateur du GIEC, fruit du travail de 234 experts mondiaux, contient ces avertissements.

“Ce rapport est un signal d’alarme”, déclare Valérie Masson-Delmotte, climatologue et coprésidente du groupe de travail 1 du GIEC, “Nous avons maintenant une image beaucoup plus claire des climats passés, présents et futurs, ce qui est essentiel pour comprendre où nous allons, ce que nous pouvons faire et comment nous préparer.” En fait, le rapport du GIEC s’appuie sur 14 000 études. Grâce à une modélisation de plus en plus poussée, les chercheurs se sont concentrés sur les conséquences du réchauffement climatique à l’échelle régionale.

Le GIEC prévient qu'”aucune région ne sera épargnée”. Ces régions seront affectées différemment : l’hémisphère nord connaîtra plus de chaleur et les hautes latitudes et les tropiques plus de précipitations. Et les résultats sont déjà visibles. “Le changement climatique d’origine humaine affecte déjà de nombreux phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes dans diverses régions du monde”, selon le rapport, “notamment par le biais de phénomènes extrêmes tels que les vagues de chaleur, les fortes pluies, les sécheresses et les cyclones tropicaux.”

Les chances de maintenir le réchauffement climatique à 1,5°C s’amenuisent. Chaque dixième de degré compte pour limiter ces impacts. Le rapport comprend des projections actualisées sur la probabilité de dépasser l’objectif de 1,5 °C fixé par l’accord de Paris en matière de réchauffement climatique. Les émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine ont déjà contribué à une augmentation de 1,1°C du réchauffement climatique entre 1850 et 1900. Selon les scientifiques, si l’humanité continue sur sa lancée, le seuil de 1,5°C sera franchi dans les 20 prochaines années.

Néanmoins, les experts soulignent dans un résumé destiné aux décideurs que tout n’est pas perdu. “Pour parvenir à des émissions nettes de CO2 nulles et stabiliser le climat, il faudrait des réductions fortes, rapides et durables des émissions de gaz à effet de serre”, a déclaré Panmao Zhai, coprésident du groupe de travail 1 du GIEC. “La réduction des autres gaz à effet de serre et des polluants atmosphériques, notamment le méthane, pourrait améliorer à la fois la santé et l’environnement”, a-t-il noté. Toutefois, ces mesures doivent être prises rapidement et à grande échelle, sans quoi l’objectif des 2°C ne sera pas atteint.

Et les conséquences mettront du temps à se manifester. Même si les émissions étaient réduites de manière drastique, “les gains sur la qualité de l’air seraient rapidement évidents”, selon le GIEC, mais “il faudrait au moins 20 à 30 ans pour voir les températures mondiales se stabiliser.” Le rapport complet, qui contient deux autres chapitres sur la vulnérabilité des systèmes socio-économiques, l’adaptation et les mesures visant à restreindre ou à atténuer les émissions, devrait être publié en 2022. Il devrait aider les décideurs politiques à prendre de meilleures décisions.

Le rôle des normes dans le réchauffement climatique – Qu’est-ce qu’une norme ?

 

Les normes sont importantes car elles aident les gens à comprendre le monde qui les entoure. Elle permettent également de s’assurer que tout le monde est sur la même longueur d’onde lorsqu’il s’agit de prendre des mesures pour résoudre un problème comme le réchauffement climatique.

Les normes sont des accords conclus entre différents groupes, organisations ou pays pour garantir la sécurité des produits et services.

Il existe des normes environnementales qui réglementent les émissions des véhicules et d’autres moyens.

Des normes environnementales sont fixées pour les émissions des véhicules, des usines, des centrales électriques, etc. Ces réglementations diffèrent selon le pays dans lequel ils se trouvent.

Un accord mondial serait plus utile car ce serait une norme à suivre pour tout le monde à travers le monde, ce qui réduirait les émissions.

Qu’est-ce qui constitue un bâtiment écologique ?

 

Un bâtiment écologique est un bâtiment dont l’impact environnemental est réduit pendant ou après sa construction. L’utilisation de matériaux durables et la réduction de la consommation d’énergie sont quelques-unes des bases d’un bâtiment écologique.

La première étape vers un bâtiment écologique est de réduire l’impact environnemental lors de la construction. Par exemple, les bâtiments peuvent être construits avec des matériaux durables comme le bambou, qui peuvent être cultivés sans irrigation ni engrais. Parfois, cependant, il est nécessaire de modifier la conception avant la construction, par exemple pour réduire la consommation d’énergie dans le bâtiment.

Les bâtiments écologiques sont conçus avec la terre à l’esprit. Ils sont certifiés sur la base des normes de construction écologique décrites par le programme LEED (Leadership in Energy and Environnemental Design) du US Green Building Council.

Mettre en œuvre des normes pour réduire la pollution – Normes pour les voitures

La dernière décennie a vu des améliorations continuelles des normes d’émissions automobiles, avec la dernière série de réglementations – les voitures Euro 6 – entrée en vigueur en septembre 2015. Ces réglementations sont établies par la Commission européenne et sont requises pour tous les nouveaux modèles de voitures.avant d’être vendues dans l’UE.

Ces réglementations sont essentielles pour réduire les niveaux de pollution, permettant aux citoyens de respirer plus facilement un air plus pur. Les normes d’émissions automobiles s’appliquent non seulement aux moteurs à essence, mais également aux moteurs diesel qui respectent certaines limites d’émissions.

 

Conclusion : le rôle des normes dans la protection de notre planète

L’environnement est dans un état fragile. Cependant, de nombreuses entreprises se concentrent sur la résolution de ce problème en utilisant différentes approches.

De nombreuses entreprises ont commencé à adapter les normes en matière de durabilité et de protection de l’environnement. L’adaptation de ces normes est une façon de montrer leur responsabilité sociale et leur engagement envers cette cause.

Quel est le rôle des normes dans la protection de notre planète ? Ils peuvent être utilisés comme lignes directrices lorsqu’il s’agit de mettre en place des systèmes et des processus durables sur le lieu de travail et ils aident également à impliquer tous les employés en veillant à ce que la culture de l’entreprise soit conforme à son image externe.


Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.