10 pratiques importantes pour que les laboratoires produisent des résultats précis
Partager sur vos réseaux sociaux

Les analystes, les organismes de test et les laboratoires doivent connaître les meilleures pratiques pour les laboratoires lors de la réalisation de tâches d’analyse dans leurs opérations quotidiennes. Manquer l’un de ces pratiques pourrait avoir une incidence sur la validité d’un résultat de test.

C’est pourquoi nous soulignons que des résultats précis sont déterminants pour la vie de votre entreprise, de vos partenaires, de vos clients et du public.

Non seulement ces étapes vous permettront-elles d’aider les opérations de votre laboratoire, mais elles pourraient également vous aider à vous faire accréditer.

1. Formuler et suivre des procédures simples

Il est conseillé de développer un système de qualité complet. Pour renforcer encore votre activité, votre laboratoire peut inclure un système de management électronique des informations de laboratoire.

Par conséquent, votre laboratoire doit créer des procédures méthodiques d’identification, de réception, d’attribution, de test, d’élimination et de notification des clients.

Par exemple, vous pouvez affecter une équipe d’analyse ou utiliser un identifiant unique lors de la réception d’un échantillon.

À cet égard, nous vous recommandons d’utiliser des critères, tels que la charge de travail ou le type d’échantillon, lors de l’affectation d’un échantillon à une équipe ou à un analyste. Déplacez ensuite les échantillons dans une zone de file d’attente pour permettre à l’analyste ou à l’équipe d’effectuer sa tâche.

2. Maintenir la compétence

Pour conserver la capacité d’accomplir des tâches, les analystes doivent avoir la formation, l’expérience et les compétences nécessaires. Ces objectifs devraient être atteints par la formation d’apprentis ou par l’éducation formelle.

En outre, les analystes doivent participer à des tests de compétence. Ainsi, votre laboratoire garantit aux analystes de maintenir leurs compétences au fil du temps. Par conséquent, vous pouvez assurer aux parties prenantes et aux clients que votre laboratoire peut appliquer des méthodes de test pour produire des résultats valides.

La formation continue élargisse les capacités des analystes.

Ceci s’applique également aux nouveaux équipements ou instruments pour lesquels votre laboratoire doit appliquer la formation du fabricant.

3. Sélectionner et valider les méthodes proprement

Les laboratoires d’essais et d’étalonnage doivent choisir une méthode d’essai capable de produire des résultats précis.

Les méthodes de test peuvent provenir de:

  • Consortiums
  • Les universités
  • Le personnel
  • Les organisations
  • Les fabricants d’équipement et d’instruments
  • Les organismes d’élaboration de normes

Par conséquent, votre laboratoire doit utiliser la validation de méthode pour défendre une méthode sélectionnée.

Par exemple, vous pouvez employer des analystes qui exécuteront la méthode en utilisant le même objet de test. Rappelez-vous qu’il doit avoir un résultat prévisible.

Pour que la validation soit réussie, les résultats doivent se situer dans les limites d’une marge d’erreur statistiquement acceptable.

S’il en existe un, votre laboratoire peut utiliser un artefact de test avec un résultat connu. Une autre option est un matériau de référence standard traçable de l’Institut national des normes et de la technologie (NIST).

Une fois que votre laboratoire pourra valider une méthode, vous pourrez également en développer de nouvelles.

Cependant, les laboratoires de recherche ne peuvent avoir qu’un seul test en cours, tout en ayant une méthode sans antécédents d’utilisation.

Pour la validation, ils peuvent communiquer les procédures utilisées pour développer la méthode. Les laboratoires peuvent obtenir cela dès la publication pour évaluer la méthode par rapprt aux erreurs systémiques. Ensuite, ils peuvent utiliser une publication pour reproduire le travail et obtenir les mêmes résultats.

Les laboratoires disposant de méthodes de validation inexistantes ou peu nombreuses constituent un autre scénario compliqué. Il existe deux options pour le processus de validation:

Demandez à différents analystes d’exécuter la méthode en utilisant le même artefact de test ou le même matériau de référence standard.

Développez des cartes de contrôle appropriées pour suivre les résultats des tests d’un ou plusieurs analystes. Utilisez les cartes de contrôle pour mesurer la précision, l’incertitude et la reproductibilité de la méthode.

4. Utiliser des matériaux de référence standard traçables

Les documents de référence sont fournis avec des méthodes de validation. Celles-ci garantiront des données précises provenant des compétences des analystes, des tests individuels et des instruments de calibrage.

Les matériaux de référence standard NIST sont considérés comme le summum. Le NIST compte plus de 1 000 MRS pouvant couvrir diverses technologies. En effet, les résultats comportant des MRS traçables au NIST sont généralement reconnus comme valides.

Notez qu’un MRS doit être approprié dans un laboratoire de chimie analytique pour une analyse quantitative. Ceci s’applique également à une série de matériaux de référence ayant un contenu élémentaire connu.

Cependant, les MRS NIST ne couvrent pas tous les besoins en analyse de laboratoire. Pour cette situation, il est préférable d’utiliser les normes d’autres entités ou organisations.

5. Test de réplication

Double ou triple test pour renforcer la confiance dans l’exécution du test. Les données répliquées ne prouvent pas la validité des données. Pourtant, c’est une bonne mesure de la reproductibilité de la méthode.

Si les données répliquées ne concordent pas, il pourrait y avoir un ou plusieurs points de données non valides. Lorsque cela se produit, il est recommandé de réessayer l’objet ou de revoir la procédure.

D’autre part, vous pouvez être sûr que le même test est livré avec du matériel de référence.

6. Conserver les données de test d’origine

Les données enregistrées font partie intégrante de la documentation. Tenir des registres de données provenant de:

  • Des cahiers
  • Bases de données
  • Formes électriques ou numériques
  • Analyseurs automatisés
  • Feuilles de calcul
  • Documents manuscrits
  • Clé USB ou CD
  • Autre média ou plateforme similaire

Dans le cas de supports obsolètes, les laboratoires doivent déterminer pendant combien de temps ils peuvent conserver les données. Les laboratoires doivent également pouvoir transférer des fichiers sur de nouveaux supports.

7. Attribuer du matériel et des instruments conformes à vos analystes

Des instruments sophistiqués doivent être attribués aux analystes.

L’attribution d’équipement à un seul analyste minimise le temps d’étalonnage, de maintenance et d’utilisation. Cependant, ce membre du personnel doit maintenir l’équipement opérationnel et alerter le laboratoire en cas de dysfonctionnement.

Dans le cas de nombreux analystes utilisant un seul instrument, un utilisateur principal doit:

  • Planifier l’utilisation du temps;
  • Gérer l’étalonnage et la maintenance;
  • Assurer des cartes de contrôle;
  • Informer l’équipe des problèmes;
  • Déterminer avec la direction du laboratoire s’il existe des fonds pour la réparation;
  • Surveiller la réparation.

8. Effectuer l’étalonnage de l’instrument

Les laboratoires doivent procéder à un étalonnage pour confirmer qu’un instrument peut fonctionner correctement.

Les laboratoires accrédités nécessitent un étalonnage périodique des instruments par des organisations externes certifiées.

Dans la plupart des cas, un résultat incorrect avec un MEV équivaut à un problème avec un instrument. Souvent, les analystes peuvent détecter des problèmes en écoutant l’instrument.

La réinitialisation du système électronique d’un instrument est un recalibrage commun et simple.

Si le problème s’aggrave, l’analyste désigné peut résoudre le problème avec l’aide d’un technicien en instruments ou d’un service d’étalonnage professionnel.

9. Optimiser les cartes de contrôle

Une carte de contrôle surveille les résultats d’un échantillon de contrôle et / ou d’un matériau de référence. De même, cela peut éviter des résultats incertains d’atteindre les clients.

Ainsi, vous obtenez des indications immédiates, mesurables et visuelles. En bref, votre laboratoire peut voir la qualité des résultats du test.

Vous pouvez utiliser des tableaux de contrôle pour vérifier les performances de votre laboratoire, de vos analystes, de votre personnel, de vos instruments ou de vos variables.

Une carte de contrôle Shewhart trace les résultats des tests individuels pour un échantillon de contrôle ou un matériau de référence. Notez que les limites de contrôle peuvent être définies au cas par cas.

Si les résultats se situent dans les limites de contrôle, votre laboratoire peut reprendre ses opérations normales. Mais si l’échantillon de contrôle conduit à des résultats hors des limites de contrôle, votre laboratoire peut répéter le test pour en assurer l’exactitude.

10. Tenir de bons registres et une documentation organisée 

La documentation est la preuve que votre laboratoire a suivi les meilleures pratiques. De même, il garantit aux clients, aux autorités gouvernementales et aux auditeurs que votre laboratoire dispose des procédures appropriées.

Les analystes doivent donc créer une documentation pour chaque aspect de leurs tâches.

De plus, vous pouvez utiliser ces documents pour former de nouveaux membres ou fournir rapidement aux clients des copies de leurs résultats. En cas d’actions en justice, vous pouvez utiliser la documentation pour défendre les procédures de test et les résultats.

Enfin, si votre laboratoire souhaite obtenir une accréditation, vous pouvez facilement rassembler des fichiers concernant les tests d’aptitude, la validation de méthodes et l’étalonnage d’instruments.

Rappelez-vous que chaque pratique nécessite une documentation appropriée. Pour aider votre entreprise à devenir fiable, on vous suggère d’appliquer ces pratiques à vos procédures de routine.

Nous disposons également de boîtes à outils que vous pouvez utiliser afain d’accélérer le temps nécessaire à votre accréditation et aussi lorsque vous appliquez les 10 meilleures pratiques de laboratoire.


Partager sur vos réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *